Makhtar Diouf : « La laïcité, une spécificité française contre la religion »

Publié le Mis à jour le

La laïcité en question(s) – Synthèse de débats – Jour 1 (jeudi 11 août 2016)

« Cette laïcité est un produit de l’Histoire de France ». L’économiste Makhtar Diouf a d’emblée campé le sujet de sa communication, au premier des deux jours d’une table-ronde sur ‘’la laïcité en question(s)’’, organisée par le Groupe Refondation nationale.

DSC_3412

L’économiste a dressé le profil et l’histoire de la laïcité, dont la naissance, a-t-il rappelé, résulte  de deux événements : le premier, c’est la Révolution française de 1789 – dont une des composantes a été ce qu’on a appelé ‘’la philosophie des Lumières’’ – et à la suite « des mesures coercitives avaient été prises contre l’Eglise catholique en France » ; le second événement, c’est l’affaire Alfred Dreyfus, du nom de ce capitaine juif de l’Armée française, injustement accusé d’avoir transmis des secrets militaires à l’Allemagne, en 1890, alors que la France ne pensait qu’à une revanche après sa défaite de 1870.

C’est dans ce contexte, rappelle Makhtar Diouf, qu’est né le terme ‘’intellectuel’’. « Ce sont les intellectuels, notamment l’écrivain Emile Zola, de même que Georges Clemenceau, qui ont défendu Dreyfus, jusqu’à ce que l’enquête soit poursuivie et que le véritable coupable soit déniché et que Dreyfus soit, non seulement relâché, mais réhabilité», a-t-il expliqué.

Poursuivant son exposé, le Pr Diouf a signalé que c’est après l’arrivée au pouvoir de la Gauche radicale et l’instauration de la Troisième République, qu’est votée « la fameuse Loi de 1905 ». « Qui dit laïcité en France dit Loi de 1905, qui consacre la séparation de l’Eglise et de l’Etat », souligne l’économiste, précisant que cette loi comporte 40 articles, dont « le plus important » est l’article 2 qui dit que la République ne reconnaît, ne subventionne ni ne salarie aucun culte. Makhtar Diouf ajoute : « Le mot ‘’laïcité’’ ne figure pas dans cette loi, mais cette loi a servi de cadre pour la laïcité qui est un concept philosophique. C’est ainsi que la laïcité va être inscrite dans les Constitutions de 1946 et de 1958 (encore en vigueur en France) ».

« Arme de guerre contre la religion »

« Cette laïcité, dès le départ, est une arme de guerre contre la religion, catholique bien sûr, à l’époque, en France », résumé Makhtar Diouf, qui a relevé que Jules Ferry, « dont, malheureusement, une  rue porte encore le nom à Dakar – qui était athée, anticlérical, esclavagiste, colonialiste et qui est présenté comme le père de l’Ecole laïque contre l’école confessionnelle – disait : ‘mon but c’est de créer une société sans Dieu’ ». Diouf ajoute qu’il y a eu Léon Gambetta, dont une rue a porté le nom pendant longtemps à Dakar (actuelle Avenue Lamine Guèye), et René Viviani, « le plus virulent », qui disait : « Nous sommes en face de l’Eglise catholique, pour la combattre, lui livrer une guerre d’extermination ».

Pour l’économiste, la laïcité est « une exception française » qui a eu une « conséquence désastreuse : une déchristianisation et un irrespect vis-à-vis de l’Eglise ». « Elle (la laïcité) était dirigée contre le christianisme », a résumé Makhtar Diouf avant d’affirmer : « Et maintenant comme les soldats de la laïcité estiment qu’ils ont vaincu et terrorisé l’Eglise, ils se retournent vers l’islam. Actuellement, en France, la laïcité n’opère que  contre l’islam. En Europe, il n’y a que le Portugal qui a inscrit la laïcité dans sa Constitution. D’autres pays occidentaux, non seulement ne parlent pas de laïcité, mais font référence à Dieu ».

La laïcité, pas un principe universel

Makhtar Diouf a relevé que les pays africains francophones sont « les seuls à avoir inscrit la laïcité dans leurs Constitutions, alors que la France ne l’avait pas imposée à ces pays ». « Pendant toute la période coloniale, on ne savait pas ce que c’était la laïcité dans les pays africains », a-t-il dit, précisant que ces pays l’ont fait parce qu’au moment de l’indépendance, ces pays n’avaient pas de juristes pour élaborer une Constitution. « Ce sont des juristes français qui ont rédigé les Constitutions dans les pays africains francophones. Dans les pays africains anglophones, on ne sait pas ce qu’est la laïcité ». 

Souvent, insiste l’économiste, « on pense que la laïcité est un principe universel alors qu’il n’en est rien. C’est une spécificité française. On pense souvent que la laïcité est une garantie de démocratie, mais la France n’est pas plus démocratique que les autres pays européens. On pense que la laïcité est une mesure de protection des minorités religieuses, comme ici au Sénégal ».

L’expérience sénégalaise

Il a ajouté : « La laïcité a toujours été rejetée par le Vatican, depuis Léon XIII jusqu’à Jean Paul II. Mais au Sénégal, beaucoup de chrétiens s’accrochent à la laïcité, pensant à tort que c’est une mesure de protection de leur confession. Il n’en est rien du tout. Les Sénégalais, chrétiens, musulmans, n’ont pas attendu la Constitution de 1960 parlant de laïcité, pour vivre en harmonie ».

« Je laisse la laïcité à ceux qui y croient, c’est un concept philosophique. Est laïc qui veut être laïc. Mais il y a une contradiction au Sénégal entre ce qui est inscrit dans la Constitution et la pratique », analyse le Pr Diouf avant de s’interroger : « Quand on voit les politiciens, de quelque bord qu’ils soient, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition, aller se prosterner régulièrement devant les autorités religieuses de ce pays. Où est la laïcité ? Et les chefs religieux eux-mêmes interviennent dans les débats politiques. L’Etat sénégalais intervient dans toutes les manifestations à caractère religieux.  Où est la laïcité. Le Sénégal a son histoire, sa culture. Le Sénégal n’est pas et ne peut pas être un pays laïc. Ce n’est pas possible. C’est la Constitution qui est en porte-à-faux avec la réalité sénégalaise ».

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 14 août 2016

Publicités

La laïcité en question(s)

Publié le Mis à jour le

Synthèse de débats – Jour 1 (jeudi 11 août 2016)

Le premier des deux jours de la table-ronde sur « la laïcité en question(s) », organisée par le Groupe Refondation nationale au siège d’Enda Tiers-Monde, à Dakar, a donné lieu à des échanges intéressants à partir de communications qui ont mis en lumière la nécessité de réinterroger le concept et de le rendre, dans sa définition, sa perception et sa compréhension, plus conforme à une histoire endogène et à des réalités socioculturelles que confortent des pratiques quotidiennes.

Les organisateurs ont voulu ainsi « contribuer à dégager les consensus nécessaires sur la question spécifique de la laïcité ». Il s’agissait pour les panélistes et participants « d’approfondir le débat sur différentes questions touchant spécifiquement la problématique de la Laïcité de nos institutions, d’analyser les forces et les faiblesses des modèles jusque-là appliqués et, dans le contexte de nos sociétés en mutation, de dégager des convergences possibles pour un meilleur devenir de notre nation et de l’Afrique ».

« Deux histoires du Sénégal »

Serigne Mansour Sy Djamil, député, président du Mouvement Bës Du Ñak et vice-président à l’Assemblée nationale, s’est félicité de l’organisation de cette rencontre « dans un pays où le débat public a déserté la pensée et l’intellectualité ». « Quand il y a absence de débat public et que le débat public se réduit à des insultes ou  des invectives, il devient dangereux de faire de la politique », a dit le religieux et homme politique, paraphrasant le philosophe français Alain Badiou.

Sy est revenu sur l’idée d’une refondation de l’enseignement des schèmes de l’Occident. « C’est un exercice qui va être extrêmement difficile. Nous sommes ici en train de parler en français, non pas dans nos langues nationales. Et le débat que j’ai toujours avec Souleymane Bachir Diagne (philosophe), Mamadou Diouf (historien), c’est que la production intellectuelle authentique du Sénégal est ignorée par l’élite intellectuelle de ce pays », a-t-il indiqué.

Il a signalé, pour étayer ses propos, son « grand plaisir » à écouter Serigne Moussa Kâ (hagiographe de l’histoire du mouridisme). « Cheikh Moussa Kâ parle en wolof, une langue accessible. Il reprend une partie de l’histoire du Sénégal, une partie de l’histoire de Serigne Touba (Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme) », explique Serigne Mansour Sy Djamil, ajoutant, qu’après avoir écouté, un jour, le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (l’historien Ibrahima Thioub) faire un exposé sur l’histoire du Sénégal et l’histoire de Serigne Touba, il s’est posé des questions.

« Et je me suis dit qu’il y avait deux histoires du Sénégal : l’histoire racontée par les professeurs d’université et l’histoire racontée par le peuple à travers le récit de Cheikh Moussa Kâ et que les deux histoires ne correspondent pas », poursuit-il, avant de s’interroger : « Est-ce qu’il y a un espace qui va permettre qu’il y ait une connectivité entre cette histoire-là et l’histoire racontée par le peuple ? »

« Duplicité permanente »

Serigne Mansour Sy Djamil a ajouté : « J’avais dit à M. Thioub que le peuple ne connaît pas l’histoire qu’il raconte, tandis que l’histoire que raconte Cheikh Moussa Kâ, le peuple la connaît. C’est l’un des problèmes essentiels que les gens qui, aujourd’hui, écrivent sur l’histoire du Sénégal et même l’histoire de l’islam : ils n’ont pas accès à la langue arabe, alors que c’est un handicap majeur parce que les grands de ce pays (El hadji Oumar Tall, Cheikh Ahmadou Bamba, El Hadji Malick Sy, etc.) ont écrit en arabe. Il faut avoir accès à ça pour pouvoir peut-être changer les schèmes de pensée que nous tenons de l’Occident ».

Le socio-anthropologue Abdou Ndao, lui, est intervenu, à la fin de la première journée, pour dresser le constat d’un pays (le Sénégal) « quand même un pays très paradoxal ». « Les discours et les pratiques sont totalement différents. On parle beaucoup de laïcité, or notre Etat est accaparé par les logiques maçonniques d’une part  et d’autre part par les logiques confrériques. C’est ça les aspects très factuels de l’accaparement de notre Etat », se désole-t-il.

« Alors, à qui va-t-on expliquer la laïcité dans ce contexte ? s’interroge Ndao. Regardons bien comment notre Etat fonctionne et le court-circuitage de notre Etat par les logiques maçonniques et par les logiques confrériques. Si on n’a pas le courage de dire ça, nous allons encore continuer à faire ce que notre pays sait faire le plus – je m’excuse de cette condescendance – c’est-à-dire la duplicité permanente. »

Abdou Ndao semble inquiet face à ce qui se joue en dehors de l’espace public. « Regardez ce qui se passe : aujourd’hui, on a beau magnifier le modèle sénégalais, qui est le modèle du vivre-ensemble, mais il faut arrêter les essentialismes. Tout le monde sait ce qui se dit dans les chaumières et les logiques hégémoniques, voire les logiques d’intolérance totalement manifestes qui commencent à court-circuiter le fonctionnement social de notre pays », souligne-t-il, ajoutant : « Sommes-nous si naïfs à considérer que tout marche entre les chrétiens et les musulmans ? Comme si tout cela relevait d’un idéal type particulièrement construit par des chercheurs désincarnés ».

« Logiques religieuses au cœur des conflits de classes »

« Notre pays ne fonctionne pas comme ça, insiste le socio-anthropologue. Il y a encore des résidus palpables de tolérance qui continuent et dont on peut situer les historicités. Sans aucun doute. Mais regardons bien les évolutions et nous avons totalement des raisons de nous inquiéter, parce que nos chaumières sont encore court-circuiter par des discours religieux totalement aux antipodes de la tolérance et aux antipodes des discours originaux des fondateurs, y compris des fondateurs soufis. De quoi parlons-nous ? »

Il a dit avoir exprimé cette analyse pour réintroduire dans le débat l’idée que les uns et les autres disent, selon laquelle « tous les modèles magnifiés participent de la dialectique du débat ». « Mais arrêtons les essentialismes, arrêtons les manichéismes », conseille Abdou Ndao, avant d’jouter : « Là où nous sommes, les points de repère ont bougé et les logiques de défense sont telles que lorsque nous touchons un certains nombre de paradigmes, les gens vous tombent dessus ».

Pour lui, « les confréries et les logiques religieuses, comme les communistes qui soutenaient la théorie des classes, sont au cœur des conflits de classes et refusent, pour l’essentiel, qu’on touche à un certain nombre de paradigmes qui sont des paradigmes anti-développement, dont celui qui est le plus substantiellement inquiétant, notre liberté de pensée ». « Autant je valorise et respecte le fait religieux musulman, autant je n’ai pas toujours la certitude que, dans ce pays, ceux qui théorisent ces questions soient aussi démocrates aux plans politique et religieux.  Le contexte et l’environnement dans lesquels nous vivons montrent que beaucoup construisent des logiques hégémoniques, et contre d’autres », a conclu Abdou Ndao.

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 13 août 2016

 

Edgar Morin : « Croire en l’humain » pour prévenir les catastrophes

Publié le Mis à jour le

Le philosophe, sociologue et penseur français Edgar Morin, président du jury de la 19-ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (16-23 juillet 2016), livre ses impressions sur les images qu’il a vues et pose les termes d’un dialogue des cultures fondé sur la reconnaissance et le respect.

DSC_1467 

Des images du Festival du cinéma africain de Khouribga…

« Il y a des images puissantes qui me restent. Des images du Rwanda (dans le film ‘Things of the Aimless Wanderer, de Kivu Ruhorahoza) et surtout des paysages de l’Afrique subsaharienne avec tellement de caractéristiques. Il y a aussi le film qui traite des questions rurales, ‘L’ombre de la folie’ (du Malien Boubacar Gakou), qui est très intéressant à la fois des paysans qui essaient de continuer à faire de l’agriculture saine, en fait biologique  – et en même temps leurs cultures peuvent être abimées par le passage des pasteurs…En arrière-fond, il y a les tragédies qu’il y a dans ces pays. Donc j’apprends. Ça me rend plus sensible aux problèmes humains de l’Afrique et en même temps, je suis content de voir qu’il y a un cinéma qui se développe et qui apporte en même temps de la beauté, de l’esthétique. Mais (c’est) une esthétique qui n’est faite seulement pour l’émotion, elle nous donne une connaissance meilleure des gens qui sont d’une autre culture, d’une autre civilisation et nous incite à nous comprendre les uns les autres. Tout ce qui va, à mon avis, dans le sens de l’unité africaine – bien entendu l’unité qui respecte les diversités – est bon et favorable. L’Afrique doit se défendre et se développer, mais pas sur le modèle économique qu’on lui impose. Elle va le faire selon son propre modèle qu’elle va tirer de sa propre expérience.

« Trésors de résistance »

« Non seulement elle a son mot à dire, mais elle a son langage à exprimer, sa pensée à développer. Moi, j’ai fait tout un travail pour réformer l’éducation, pour enseigner d’autres façons de vivre. Je vois que mes efforts en France n’aboutissent pas, mais qu’au Congo-Brazzaville, mes idées et mes livres sont introduits dans des classes de philosophie. Je lutte contre une connaissance qui est seulement économique, réduite à des chiffres. Parce que les chiffres empêchent de voir le côté humain et qu’au fond, nous avons des modes déshumanisés et robotisés de vivre. C’est ça le danger de la civilisation occidentale. Alors que l’Afrique a des trésors de résistance à ceci, c’est-à-dire d’épanouissement humain et de recherche d’un autre mode de connaissance. Je crois que l’Afrique peut trouver son chemin, en ayant sa voie propre, une voie qui est capable d’assimiler ce qui vient de l’extérieur…

Dans l’Evangile, on dit : ‘les derniers seront les premiers’. Ceux qui arrivent les derniers dans cette civilisation technique ont encore des réserves humaines qu’ils peuvent exprimer. Je le vois dans beaucoup de pays d’Amérique latine où je vais… Dans les pays andins, vous avez cette vieille civilisation qui a été recouverte par la conquête, mais où il y a des vérités qu’on avait oubliées. Par exemple, la relation à la nature que le monde occidental découvre lentement, tardivement, avec l’écologie, est déjà présente pas seulement dans la pensée mais dans les mythes et croyances, aussi bien en Bolivie, au Pérou que dans les pays africains. Il y a quelque chose de sauvegardé parce que notre civilisation a beaucoup détruit. Donc vous, il ne faut pas que vous vous laissiez détruire. Il faut reconstruire à partir de vous-mêmes en prenant ce qu’il y a de meilleur.

« Les religions monothéistes doivent retourner à leurs sources »

La religion est une question qui doit être vue dans le fond … Aucune religion ne doit aujourd’hui monopoliser la vérité. La déviation dans laquelle les religions monothéistes sont tombées – ça a été vrai pour le christianisme dans le passé, c’est vrai pour une certaine tendance de l’islam, c’est vrai pour le judaïsme – c’est de penser qu’elles ont le monopole de la vérité et que, donc, ceux qui ne sont pas dans cette vérité sont des infidèles, des impies, etc. 

Je pense que les religions doivent s’humaniser et considérer que le non-croyant, ce n’est pas un impie, ce n’est pas un infidèle, c’est quelqu’un qui doute. Les religions doivent se tolérer entre elles et tolérer les non-croyants. Maintenant, je pense que si les religions étaient fidèles à leur message initial, elles s’entendraient. Le message initial du christianisme c’est la fraternité, l’amour du prochain ; le message de l’islam c’est que Dieu est clément et miséricordieux, c’est-à-dire le pardon, la compréhension d’autrui…Mais quand l’interprétation fanatique oublie ce message et fait le contraire du message…Donc les religions monothéistes doivent retourner à leurs sources. Je pense que dans les religions antérieures, qu’on appelle animistes ou autre, il y a un sens de la nature…

Vous savez, aujourd’hui, tardivement, la science découvre que, pas seulement les animaux ont de l’intelligence, de la sensibilité, mais qu’il y en a dans les plantes. Dans les religions animistes, on sent que tous les êtres vivants de la nature ne sont pas des choses, mais des êtres qui ont une pensée et une sensibilité. Je pense que là aussi, il faut prendre ce qu’il y a de bien, de vrai et de profond dans les mythes africains et ce que la science occidentale a apporté de connaissance de l’univers…Il faut unir. Nous sommes aujourd’hui dans une époque planétaire où chaque civilisation doit prendre le meilleur des autres. Il faut croire en l’humain sinon nous allons vers des catastrophes. »

Propos recueillis à Khouribga (Maroc), le 23 juillet 2016

Aboubacar Demba Cissokho

 

 

Espace Kuyan Baa, « pont culturel » au cœur de la Casamance 

Publié le Mis à jour le

Le promoteur culturel sénégalais Omar Camara travaille à la construction de l’espace culturel à Ziguinchor (sud du Sénégal), dont la vocation sera, en plus de contribuer au désenclavement de la région, d’être un cadre de dialogue et d’échanges entre artistes de divers horizons.

Dans son plaidoyer pour la réalisation de ses ambitions, Omar Camara sollicite le soutien du président de la République dans la mise en œuvre prochaine du programme d’animation de l’espace culturel ‘’Kuyan Baa’’, dont l’inauguration est prévue en avril 2017.

« On veut finaliser et inaugurer en avril 2017. Il serait bien que le président de la République, même s’il ne soutient pas matériellement la réalisation du projet, soit au courant de nos efforts pour le développement de notre région et nous aide dans la mise en œuvre du programme », dit-il.

« De l’autre côté », en France, « il y a des partenaires qui sont prêts à soutenir, mais c’est surtout sur le plan local que ça ne répond pas tellement », a-t-il dit, rappelant que les travaux de construction de l’espace culturel ont débuté en 2006, sur un terrain de 1700M2, avec les fruits de la vente de tableaux d’artistes.

L’idée de construire cet espace culturel, explique Oumar Camara, est partie du souci de créer une résidence d’artistes après neuf édition de ‘’Z’Arts’’, la rencontre internationale des arts de Ziguinchor, au cours desquelles des artistes ‘’venus de tous les horizons’’ se rencontraient pour échanger et ensuite participer à des expositions itinérantes.

« Pont culturel »

« Pour avoir les premiers moyens, on vendait les toiles. C’est avec ça que nous avons acheté les premières parcelles », ajoute Camara, diplômé de l’Ecole nationale des arts, qui, de cette manière, voulait participer au développement socioculturel et artistique de sa région. Selon lui, le budget de l’hébergement faisant 47% du budget global, « il fallait, pour continuer à organiser Z’Arts, créer une structure qui nous appartient, où les artistes viendraient en résidence ».  C’est ainsi que, en France où il réside, il a créé une association pour avoir des financements dans le cadre de la coopération décentralisée.

C’est la ville des Mureaux (France), par le biais de son département ‘’coopération’’, qui a pris en charge la construction de la bibliothèque multimédia déjà réalisée, et c’est le département des Yvelines qui finance la case à impluvium de 12 chambres, pour la résidence des artistes, a signalé Omar Camara. A côté, « nous avons prévu une sale polyvalente de 300 places pour venir en soutien aux femmes dans le cadre de leurs activités artisanales et de création artistique », a-t-il ajouté, rappelant que les travaux de construction ont commencé en  janvier 2013 avec une centaine de jeunes qui y travaillent de manière bénévole.

« Ces jeunes sont les bénéficiaires directs du projet, parce qu’il est réalisé dans leur quartier, a poursuivi Camara. La construction de la bibliothèque est achevée. On est sur la construction de la salle polyvalente. Il reste à engager la construction de la résidence. On veut vraiment participer au développement de notre région et de notre pays. »

Soulignant que ce projet « n’est pas seulement destiné aux Sénégalais », le promoteur estimant qu’il est « important que l’Etat soit au courant ». Il dit avoir reçu, de la part de ses partenaires français, une proposition de créer un « pont culturel »  entre la France et le Sénégal, à travers des ateliers, expositions, défilés de mode, ateliers pour les enfants…

Un Festival pour accompagner Kuyan Baa

L’inauguration de l’Espace culturel Kuyan Baa, en avril 2017, devrait se faire en même temps que la première édition d’un Festival des minorités culturelles transfrontalières, annonce l’expert en politiques culturelles, Moustapha Tambadou, soulignant, à ce sujet, que mettre les expressions ethnolinguistiques de la Casamance qui se retrouvent de l’autre côté des frontières de la Casamance peut être « un puissant facteur d’intégration ».

Il a dit que l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) et l’Afrique du Sud sont intéressées. « Les démarches continuent, et je pense que vers l’inauguration du centre (avril 2017), on pourra en même temps lancer la première édition de ce festival », a ajouté l’expert, ancien fonctionnaire du ministère de la Culture.

Moustapha Tambadou a relevé que, dans son expérience de professionnel de la culture, qui a duré trente ans, concernant la Casamance, « il y a une donnée majeure : l’enclavement culturel de la région ». Il a ajouté : « Les gens ont un discours rituel. Aujourd’hui encore, le rituel est dans tous les discours : on parle de la nécessité de désenclaver la Casamance sur le plan culturel, mais dans les actes il n’y a rien. Or, en matière de culture, tous les professionnels vous le diront, la frustration identitaire est la chose la plus dangereuse ».

Quand on frustre les identités, « il y a un phénomène de repli sur soi, qui peut amener la violence. C’est pourquoi, sur cette question casamançaise, il est absolument impératif de s’occuper de la mise en œuvre de politiques de développement culturel », a-t-il poursuivi.

« Une idée géniale »

Il s’agit, selon Moustapha Tambadou, de « protéger et promouvoir les expressions culturelles de la Casamance, protéger et promouvoir les expressions culturelles en Casamance, pour que cette région se sente elle-même et se sente partie prenante du Sénégal ».

« C’est ça la donnée politique majeure. C’est ça que nous encourageons, a insisté Moustapha Tambadou. Quand j’ai rencontré Omar Camara, je lui ai dit que pour cette politique culturelle, on avait besoin d’infrastructures d’accès. C’est tout le Sénégal qui est pauvre en infrastructures d’accès. Où aller au théâtre ? Où aller aux concerts ? Où aller au cinéma ? Au Sénégal, il n’y a pas d’infrastructures. »

Sur l’entreprise de Camara consistant à construire « une infrastructure d’accès de haute qualité, dotée d’une technologie de pointe », Tambadou a dit qu’elle est « très importante », relevant que, ‘’malheureusement, l’Etat ne finançait plus des initiatives immobilières des privés’’.

« Camara a eu une idée géniale : tout en construisant, il développe des activités. L’espace culturel de Ziguinchor est déjà actif : il organise des défilés de mode, des sessions de renforcement de capacités des artistes ; il a des projets d’échanges avec la ville des Mureaux », s’est réjoui l’expert, estimant que « toutes ces activités sont d’une importance culturelle fondamentale et doivent être encouragées et appuyées par l’Etat ». Il a ainsi lancé un appel au ministère de la Culture pour qu’il s’intéresse à toutes ces activités culturelles développées par des artistes casamançais, et que ces artistes bénéficient des mêmes soutiens que tous les autres acteurs culturels du pays.

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 5 août 2016

 

 

 

Nelson Mandela : « La cellule est un lieu parfait pour apprendre à se connaître »

Publié le Mis à jour le

L’icône de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela (1918-2013), qui a passé plus de 27 ans en détention avant de devenir le premier président de l’Afrique du Sud démocratique (1994-1999), parle de la prison.  

NM

« La cellule est un lieu parfait pour apprendre à se connaître et pour étudier en permanence et dans le détail le fonctionnement de son esprit et de ses émotions », écrit Mandela dans l’extrait d’une lettre à Winnie Mandela depuis la prison de Kroonstad, le 1-er février 1975, citée dans son livre Conversations avec moi-même (Edition de La Martinière, 2010).

« Les individus que nous sommes ont tendance à juger leur réussite à l’aune de critères extérieurs, tels que la position sociale, l’influence, la popularité, la richesse ou le niveau d’éducation », dit-il à son épouse d’alors, ajoutant : « Ce sont bien sûr des notions importantes pour mesurer sa réussite – et on comprend que beaucoup tentent d’obtenir le meilleur d’eux-mêmes sur ces points. Mais d’autres critères intérieurs sont peut-être plus importants pour juger de l’accomplissement d’un homme ou d’une femme, souligne l’homme politique ». 

Pour Mandela, « l’honnêteté, la sincérité, la simplicité, l’humilité, la générosité, l’absence de vanité, la capacité à servir les autres – qualités à la portée de toutes les âmes – sont les véritables fondations de notre vie spirituelle ».

Mais cette réussite-là, explique-t-il, n’est pas accessible sans un travail d’introspection véritable et une connaissance de ses forces et de ses faiblesses. « La détention a au moins le mérite d’offrir une bonne occasion pour travailler sur sa propre conduite, corriger le mauvais et développer le bon que l’on porte tous en soi, précise l’homme politique, suggérant parmi les actions pouvant être utile à cela, la pratique régulière de la méditation, disons un quart d’heure chaque jour avant de se coucher ».

Nelson Mandela ajoute, dans sa lettre à Winnie : « Il est possible que dans un premier temps tu aies du mal à identifier les éléments négatifs de ta vie, mais tu seras récompensée si tu en fais l’effort régulier. N’oublie pas qu’un saint est un pécheur qui cherche à s’améliorer ». Il raconte à Frieda Matthews, dans une lettre qu’il lui a adressée le 25 février 1987, que pour un prisonnier, toute visite a une importance difficile à expliquer par des mots.

Il lui dit : « La routine est la loi suprême de la prison dans pratiquement tous les pays du monde, et chaque jour est à tous points de vue semblable à celui qui l’a précédé : même environnement, mêmes visages, mêmes dialogues, mêmes odeurs, mêmes murs s’élevant vers le ciel, et même sentiment omniprésent qu’en dehors de la prison existe un monde passionnant auquel tu n’as pas accès ».

Selon Mandela, une visite de ceux qu’on aime, d’amis et même d’étrangers est toujours un événement inoubliable, car elle brise cette monotonie frustrante et c’est le monde entier qui déferle littéralement dans la cellule.

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 5 août 2016

Souleymane Koly, deux ans après : chantiers toujours ouverts

Publié le Mis à jour le

Il y a deux ans, le 1-er août 2014, disparaissait à l’âge de 69 ans, le metteur en scène, chorégraphe, dramaturge et scénariste guinéen, Souleymane Koly Kourouma, connu sous le nom de Souleymane Koly, directeur-fondateur de l’Ensemble Koteba d’Abidjan.

Koly

Souleymane Koly a été inhumé le 8 août en milieu d’après-midi à Kpaya, dans sa région natale de Nzérékoré (sud-est de la Guinée), après des obsèques nationales qui se sont déroulées la veille, entre 10h et 12h 45, au Palais du peuple de Conakry. Celles-ci avaient été marquées par des témoignages d’amis d’enfance, de parents, d’artistes et opérateurs culturels guinéens et étrangers.

Après la levée du corps au Centre hospitalier sino-guinéen de Kipé, la dépouille mortelle avait été installée au Palais du peuple, où étaient présents le Premier ministre guinéen Mohamed Saïd Fofana et des membres de son gouvernement. Il est décédé à la suite d’une crise cardiaque. Il avait eu un malaise à son domicile à Lambadji (banlieue de Conakry) avant d’être transporté à l’hôpital Sino-guinéen de Kipé, dans la commune de Ratoma, où il s’est éteint.

Dans son témoignage, la comédienne et musicienne Maaté Keita, celle que Souleymane Koly, lui-même, avait désignée comme « l’héritière » devant continuer la transmission vers les plus jeunes, a remercié ses enfants pour leur avoir « prêté » leur père. « Ce papa a semé en chacun de nous quelque chose dont nous ferons bon usage. Nous Koteba, nous allons célébrer papa, pour 40 ans de Koteba en décembre », avait-elle promis, dans des propos rapportés par plusieurs médias guinéens.

Saran Kourouma, fille de Souleymane Koly, avait dit que la famille ne voulait pas de discours, estimant que « Souleymane, ce n’est pas un corps ». Elle avait ajouté : “Il a fait du théâtre vivant. Il est vivant ! On ne doit pas laisser tomber ! Nous ne voulons pas de discours. Nous voulons des actes, nous demandons au gouvernement de soutenir la culture ».

L’historien Djibril Tamsir Niane, proviseur du lycée classique de Donka où est passé Souleymane Koly, a, lui, souligné « le mérite de Souleymane (Koly) dans la créativité africaine », relevant qu’en créant le théâtre total avec le Koteba, il a su créer la différence, pour apporter « (sa) singulière contribution à la culture africaine ».

Bailo Telivel Diallo, alors ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, avait affirmé que la Guinée venait de perdre « un de ses fils les plus valeureux », avant d’annoncer qu’à titre posthume Souleymane Koly est promu « Chevalier de l’Ordre national du mérite de Guinée, en raison des immenses services rendus à la nation, pour sa contribution de qualité au développement de la culture africaine en général et guinéenne en particulier ».

Etudes de sociologie

Koly était rentré en Guinée en 2011, où il s’évertuait à “ouvrir de nouveaux chantiers’’ pour permettre aux jeunes artistes guinéens d’exploiter leur potentiel créatif. Sa disparition est intervenue au moment où il était occupé à la célébration des 40 ans de l’Ensemble Koteba, qu’il a fondé en mai 1974 à Abidjan (Côte d’Ivoire) – où il s’était installé en 1971.

Prévue sur deux ans (2014-2015), la célébration – dont la première phase était prévue du 4 au 6 décembre – avait été officiellement lancée le 9 juillet 2014 dans la capitale ivoirienne. La Côte d’Ivoire, la Guinée, la France et le Mali, “quatre pays qui ont une certaine forme de légitimité’’, vont accueillir le Koteba pour ses 40 ans.

‘’Nous envisageons de célébrer les 40 ans de Koteba dans quatre pays. Ça ne veut pas dire qu’on en élimine d’autres. Peut-être que d’autres vont surgir. Les quatre pays que nous choisissons par une certaine forme de légitimité’’, avait-il dit en mars 2014, à l’occasion de la 8-ème édition du Marché des arts du spectacle africain d’Abidjan. Il y avait dirigé la représentation de sa pièce ‘’Paroles de femmes’’.

Né le 18 août 1944 à Nzérékoré (sud-est de la Guinée), Souleymane Koly part très tôt en France où il obtient plus tard un diplôme de sociologie. En 1966, naît son premier groupe, l’Ensemble Kaloum Tam-Tam. En novembre 1971, il s’installe en Côte d’Ivoire où il est nommé directeur du département des arts et traditions populaires à l’Institut national des arts, avant d’être embauché comme chargé d’études à la Direction du Plan de 1973 à 1984.

Avec l’Ensemble Koteba, il fait le tour du monde, se produisant à l’occasion de tournées, de festivals ou d’autres rencontres artistiques, ou répondant à l’invitation d’institutions et d’associations diverses. Composés de musique, de danse, de théâtre et de contes, les spectacles du groupe disaient avec plein de métaphores les problèmes économiques, sociaux et politiques de l’Afrique.

Il a conçu et mis en œuvre des événements culturels et encadré des ateliers de recherches et créations théâtrales dans de nombreux pays (Niger, Gabon, Finlande, Nouvelle Calédonie, France, Kenya, Djibouti, Etats-Unis).

“La jeunesse est ma principale cible”

Du grand ensemble Koteba, Souleymane Koly fait émerger, en 1992, trois jeunes filles, Maaté Keita, Gnama Kanté et Hawa Sangoh, qui excellaient dans le chant. Le trio devient célèbre sous le nom des ‘’Go de Koteba’’ qui, bien que faisant partie intégrante de l’ensemble, menaient une carrière musicale.

Quand il décide de rentrer en Guinée en 2011, il avait espoir que le président Alpha Condé, élu un an plus tôt, placerait la Guinée sur la voie d’une plus grande démocratie et de la prospérité pour les Guinéens. Il accepte alors d’être le conseiller principal chargé du développement culturel international au ministère de la Culture. Mais il déchante, constatant que les choses ne bougeaient pas au plan institutionnel, il se retire pour se consacrer entièrement à ses activités artistiques.

De retour en Guinée, Souleymane Koly travaillait à l’ouverture de “nouveaux chantiers” pour permettre aux jeunes artistes guinéens d’exploiter leur potentiel créatif. Il en parlait le 5 mars 2014 à l’Institut français d’Abidjan, à la fin de sa représentation de « Paroles de femmes », dans le cadre de la 8ème édition du Marché des arts du spectacle africain (MASA).

Nous essayons d’ouvrir de nouveaux chantiers. La jeunesse est ma principale cible. Je me suis dit que je vais commencer avec les jeunes, les amener, à travers des ateliers, à rencontrer des artistes venus d’ailleurs pour leur montrer que rien n’est impossible », avait-il déclaré.

Souleymane Koly avait indiqué qu’il partait du postulat selon lequel ‘’la Guinée a été un pays de culture, d’une certaine culture’’ pour ‘’essayer de faire bouger les choses’’, estimant que ‘’c’est compliqué, mais pas impossible’’. 

Maaté Keita, ‘’l’héritière’’

‘’Il faut attaquer les choses différemment au lieu de s’aligner derrière quelqu’un parce qu’il est de notre ethnie’’, avait-il dit avant d’ajouter : ‘’Vous ne pouvez pas imaginer ce qui a bougé dans la tête de ces jeunes gens (de l’ensemble Koteba) depuis 72 heures que nous sommes en Côte d’Ivoire’’.

Souleymane Koly signalait que depuis son retour dans son pays natal, il avait été ‘’bien accueilli’’, mais ne comptait pas renoncer à l’usage de son esprit critique pour juger l’évolution des choses. ‘’Je ne manie pas trop la langue de bois. La diaspora guinéenne n’est pas toujours la bienvenue là-bas. Je crois que le président de la République (Alpha Condé) est le premier à le savoir’’, soulignait-il.

‘’Alors, si on n’y met pas les coudées franches en disant que la Guinée se fera avec les Guinéens de l’extérieur et ceux de l’intérieur, ça ne marchera pas, avait-il expliqué. Ceux de l’extérieur ne peuvent pas dire qu’ils sont la science infuse et ceux de l’intérieur ne peuvent pas dire qu’ils ne veulent pas leur laisser de place.’’

Esquissant les lignes de l’avenir de son ensemble, Souleymane Koly avait présenté au public abidjanais Maaté Keita, ‘’l’héritière’’, devant continuer la transmission vers les plus jeunes. ‘’Ça va de soi. Je ne l’ai pas désignée. Maaté Keita est là depuis le début’’, disait-il.

‘’Elle (Maaté Keita) aurait pu profiter de certaines réalités sous le régime précédent, parce qu’on connaît ses origines. Elle n’a jamais trempé dans ça. Maaté est restée fidèle. Elle chante comme les meilleurs ; elle enseigne la danse ; elle joue bien la comédie’’, avait-il insisté, rappelant que c’est la vision qu’il avait quand il fondait Koteba en 1974 à Abidjan, former des artistes polyvalents. ‘’De ce point de vue-là, elle est l’héritière de Koteba’’.

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 1er août 2016

Bouna Alboury Ndiaye, le dernier Buurba Jolof, 64 ans après

Publié le

Il y a 64 ans, le 28 juillet 1952, disparaissait Bouna Alboury Ndiaye, fils aîné du Buurba Alboury Ndiaye, auquel il succéda, comme dernier souverain, sur le trône du royaume du Jolof, en 1895.

Bouna Alboury

Bouna Alboury fut investi à Yang-Yang (Nord-Ouest de Linguère, région de Louga) roi du Jolof, le 17 décembre 1895, une nomination confirmée par décret du président de la République française en date de janvier 1896.

Né en 1878 à Yang-Yang, le jeune Bouna Alboury a subi les turpitudes du règne paternel, passant des mains des maures à celles des colonisateurs français après la bataille que le père a livrée contre les Français, fin juillet 1890.

Bouna Alboury Ndiaye a laissé à la postérité l’image d’un grand bâtisseur. Avec la moitié de son salaire et la participation de la Société de prévoyance du Jolof, il a fait construire environ 80 puits (1930). Il a aussi contribué à la construction d’un chemin de fer de 128 Km de 1928 à 1931 et à la construction d’un bassin de rétention à Labgar (1931).

En 1946, il refuse d’être le candidat des colons contre Lamine Guèye et Léopold Sédar Senghor, estimant qu’il ne faut « pas toujours écouter ceux qui nous divisent pour pouvoir régner éternellement dans le pays ».

Imbu de valeurs morales et politiques, Bouna Alboury Ndiaye avait traduit sa conception par une devise qu’il aimait répéter à ceux qui aspiraient à des postes de direction : « Quiconque profite des deniers d’un pays qui lui est confié ne servira jamais ce pays ».

Bouna Ndiaye était lié aux foyers religieux et avait des relations privilégiées avec le chef coutumier Abdou Salam Kane de Kanel. Bouna a été élevé au rang de muqàddam (grand disciple) de la Tijaniyya par El-Hadji Malick Sy. Deux de ses enfants portent les noms d’El Hadj Mansour et de Serigne Babacar Ndiaye Bouna.

Le dernier roi du Jolof a en outre octroyé 200 hectares de terres à Cheikh Ahmadou Bamba à Mbacké Bari où repose Mame Maharame Mbacké, le grand-père du fondateur du mouridisme. Il donna en mariage à Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké sa fille aînée Seynabou Ndiaye Bouna.

Il a été délégué à l’Exposition universelle de Paris en 1900, délégué des chefs de province de l’Afrique occidentale française (AOF) à l’Exposition coloniale de 1906. Cette même année, il est nommé membre du conseil privé du gouvernement du Sénégal et fait chevalier de la Légion d’honneur.

Bouna Alboury Ndiaye a aussi été : commandeur de l’Etoile noire du Bénin, chevalier de l’Ordre du Cambodge, commandeur de la Légion d’honneur en 1935, chef de province du Jolof, membre du conseil privé du gouvernement du Sénégal de 1906 à sa mort, grand officier de la Légion d’honneur en 1947.

Il est décédé le 28 juillet 1952. La prière mortuaire a été dirigée par El Hadji Mansour Sy Malick, assisté de ses frères, de Serigne Mountaga Daha Tall et de Serigne Modou Bousso Mbacké, fils aîné de Serigne Fallou Mbacké. Sa dépouille fut ensuite transférée par train spécial à Linguère.

Aujourd’hui, un lycée porte son nom dans cette ville. Il existe aussi une Association des descendants de Bouna Alboury Ndiaye (ADEBAN), qui organise chaque année à Linguère, une ‘’journée de prières et d’actions sociales’’ à la Grande mosquée de cette ville où repose le dernier roi du Jolof, ainsi qu’à la mosquée de Yang-Yang (ancienne résidence du Buurba et actuel musée d’histoire du Jolof).

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 28 juillet 2016