Ségou : l’esprit du festival sur le Niger est aussi dans le  »off »

Publié le Mis à jour le

Ségou – A Ségou, il y a le Festival sur le Niger et son très alléchant programme  »In » (expositions d’art plastique et de photographie, concerts, colloque, foire, résidences…), qui en fait, pendant cinq jours, un lieu de défense d’expressions artistiques porteuses d’une vision du monde, des rapports entre les peuples, et illustratives d’un patrimoine que leurs auteurs tâchent, malgré les difficultés, de préserver. Il y a aussi un  »Off » qui, en le complétant et en le prolongeant, contribue à créer, pour des artistes confirmés ou  »émergents », une plateforme d’où partent des propositions diverses et intéressantes. C’était le cas de deux expositions : celles des collectifs  »Badialan » (le ruisseau asséché en bamanan) et  »Tim’Arts ».

A l’espace culturel  »Mieruba », dans le quartier de Ségou-Coura, une quinzaine d’artistes du collectif  »Badialan » – que les amateurs d’art ont vus à la biennale Dak’Art, en 2016 – présente jusqu’au 10 février 2018 leurs travaux. On a vu Diakaridia Traoré qui a montré deux pièces d’un travail sur  »les mouvements dans les bars ». « Les bars m’aident à réfléchir, à me distraire, à créer, à rêver, dit-il. Ce sont des espaces de liberté, de rencontre, des lieux importants d’inspiration, qui aident à connaître la société dans laquelle nous vivons, et les mutations qu’elle porte. On y apprend des choses qu’on n’apprendrait pas ailleurs. »

Comme Diakaridia Traoré, Moussa Traoré, Modibo Van Sissoko, Siaka Togola, Tary Keita, entre autres, sont aussi représentatifs de l’esprit du collectif  »Badialan » structuré autour de l’ambition de « faire tout pour avoir le plus d’artistes maliens dans les circuits africains et internationaux », selon le mot de son coordonnateur, Amadou Sanogo. Celui-ci forme, avec Abdoulaye Konaté et Amahiguéré Dolo, le trio d’artistes visuels le plus connu hors des frontières du Mali.

Sanogo souligne que  l’idée de créer les conditions « pour que les artistes maliens vivent de leur art » commence à « donner des fruits parce qu’une clientèle de collectionneurs locaux est en train de se structurer ». Les photographes qui « n’avaient pas compris au départ » demandent désormais à intégrer le collectif  »Badialan » – le nom de son quartier – qui regroupe sculpteurs, vidéastes, peintres, spécialistes de l’installation. De nombreux lieux de la capitale malienne reçoivent leurs expositions. Il arrive aussi que celles-ci soient montrées à l’atelier même.

Le collectif  »Tim Arts », quant à lui, rassemble des artistes plus jeunes, tous sortants du Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté. Il y en a même un qui est encore en formation. C’est la troisième fois qu’ils présentaient en  »off » leurs œuvres partagées entre peintures, techniques mixtes, utilisation de matériaux dits de récupération. Marie-Ange Dakouo propose sa lecture des coiffures féminines ; Mohamed Dembélé place un regard très politique sur les  »naufragés » de la Méditerranée ; Dramane Toloba fait du collage, Seydou Traoré présente des propositions qui sont une représentation  »physique » de proverbes maliens. Avec ses  »assoiffés » du thé »,  »faiseurs de thé », titres de deux de ses œuvres, Ibrahima Ballo travaille sur les  »grins », ces regroupements d’amis au sein desquels on discute de sujets sociaux et politiques. Tandis que Mariam Ibrahim Maïga, coordinatrice de ‘’Tim Arts’’,   »explore », avec sa touche tout en finesse, la nudité chez la femme.

Dans le cas de  »Tim Arts », il y a deux enjeux indispensables à l’œuvre : ceux du dialogue intergénérationnel et de la transmission. C’est de manière concrète que j’ai vécu cela, le 3 février 2018, jour du vernissage, en me faisant présenter, alors que j’allais prendre congé des artistes, sur l’immense Amahiguéré Dolo, propriétaire et promoteur de l’espace. Les jeunes savent la chance inouïe qu’ils ont d’échanger avec cet artiste fécond et disponible, et de profiter de son expérience. ça aussi, c’est l’esprit de Ségou.

Ségou, le 3 février 2018

Aboubacar Demba Cissokho

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s