Echos de la 19-ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga

Publié le

Entre les projections de films, les débats sur les œuvres en compétition, voici quelques échos de la  19-ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga qui s’est déroulée du 16 au 23 juillet 2016.

–ETHIOPIE et HOMMAGES : L’attribution du Grand Prix ‘’Ousmane Sembène’’ de la 19-ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga au film Lamb de Yared Zelek a été la cerise sur la gâteau pour le cinéma éthiopien auquel un hommage a été rendu. Dans ce cadre, il a été projeté Horizon Beautiful, de Stefan Jäger (2013), Le prix de l’amour, de Hermon Hailay (2014). En plus, les festivaliers ont été invités à un hommage éthiopien à travers une rencontre avec la journaliste et photographe Aïda Muleneh, sous l’égide de la Fondation de l’Office marocain du phosphate et de l’Association pour la promotion de l’art et la sauvegarde du patrimoine (ARKANE). Par ailleurs, le festival s’est ouvert et clôturé par deux hommages : le premier à Tahar Cheriaa, historien et critique de cinéma tunisien (décédé en 2010), le second au directeur de la photo et réalisateur marocain Abdelkrim Mohamed Derkaoui.

–ATELIERS DE FORMATION : Comme elle l’a fait l’année dernière, la Fondation du festival du cinéma africain de Khouribga a organisé cette année aussi, pour la 19-ème édition de la manifestation, des ateliers de formation à divers métiers (direction de la photographie, réalisation cinématographique, montage numérique, écriture de scénario). Pendant cinq jours (18-22 juillet), les participants ont profité de l’expérience du Malien Mohammed Lamine (directeur de la photo), des Marocains Youssef Karami, Amine Sabir (écriture de scénario), Mohamed Chrif Tribak et Younes Reggab (réalisation), Njoud Jadda et Zineb El Hardouz (montage numérique).

–DEBATS DE MINUIT : S’il y a une tradition qui se porte comme un charme au Festival du cinéma africain de Khouribga, c’est bien celle des ‘’débats de minuit’’, à l’occasion desquels des questions théoriques sont discutées sur la base de films visionnés. Pour cette 19-ème édition, il était question d’échanger sur la métaphore, le plan-séquence et le scénario. Au menu des ‘’veillées’’, quatre films de haute facture : Nostalgie de la lumière du Chilien Patricio Guzmán, Victoria de l’Allemand Stephan Schipper, La mort aux trousses de l’Américain Alfred Hitchcock et To Be Or Not To Be, de l’Américain Ernst Lubitsch. Commentaires et appréciations diverses ont meublé ces soirées qui ne prenaient fin qu’au milieu de la nuit.

–CARTE BLANCHE : Il y a, dans les festivals, des moments de pur bonheur qui restent pour longtemps dans les mémoires. La projection, sur proposition du festival ‘’Vues d’Afrique’’, du documentaire Un film avec toi…, de Jean-Daniel Lafond, sur Michaelle Jean, ancienne gouverneure générale du Canada, est de ces moments-là. Le documentaire s’attache à illustrer de manière émouvante comment elle s’est attachée à montrer son engagement pour la jeunesse, les femmes, les autochtones, la diplomatie culturelle. Un film avec toi… a été tourné de l’intérieur, et ce côté intimiste a mis en lumière la figure d’un personnage sensible que les fonctions étatiques n’ont pas fondamentalement changée.

Aboubacar Demba Cissokho

Khouribga, le 24 juillet 2016

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s