Libération de Mandela : des artistes dans le tempo de la lutte

Publié le Mis à jour le

La campagne internationale pour la libération de Nelson Mandela, qui s’est intensifiée à partir du milieu des années 1980, a mobilisé un grand nombre d’acteurs, dont les artistes qui ont mis à contribution leurs voix et notoriété pour accélérer le processus de démantèlement de l’Apartheid.

En 1986, une manifestation de solidarité à Nelson Mandela est organisée en Allemagne de l’Est. Le 11 juin 1988, au stade Wembley à Londres, un méga-concert de musique pop rock de onze heures a lieu à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de Nelson Mandela, pour demander sa libération.

Appelé ‘’Freedomfest’’ (Free Nelson Mandela Concert et Mandela Day), le spectacle londonien qui avait comme têtes d’affiche Dire Straits et Eric Clapton, est regardé par six cent millions de téléspectateurs dans soixante-sept pays. Il expose au niveau mondial la captivité de Mandela et l’oppression de l’apartheid. En Afrique du Sud, le concert a été interdit par le gouvernement, tandis qu’aux Etats-Unis, les chaînes de télévision du réseau Fox ont censuré les aspects politiques du concert.

De nombreux artistes se sont produits ce jour-là à Wembley, en plus de discours prononcés par Sir Richard Attenborough, Whoopi Goldberg, Richard Gere. Le public et les téléspectateurs ont notamment vu Salif Keita, Youssou Ndour, Hugh Masekela, Miriam Makeba, Ray Lema, Al Green, Joe Cocker, Jonathan Butler, Freddie Jackson, Ashford & Simpson, Natalie Cole, Tracy Chapman, Paul Young, Bryan Adams, Bee Gees, Peter Gabriel, Whitney Houston, Stevie Wonder, Sting, George Michael.

« Le Sida, un enjeu des droits de l’Homme »

A partir de 2003, les concerts 46664 – numéro de prisonnier de Nelson Mandela depuis le début de sa détention en 1964 jusqu’à sa libération en 1990 – sont organisés par la Fondation Nelson Mandela en faveur de la lutte contre le Sida. Ces concerts ont pour slogan une phrase de Madiba : ‘’Aids is no longer just a disease, it is a human rights issue. ‘’ (« Le Sida n’est plus une simple maladie, c’est un enjeu des droits de l’Homme. »).

La Fondation Nelson-Mandela n’a pas choisi le numéro «46664 » comme simple référence. Mandela était le 466-ème prisonnier incarcéré à la prison de Robben Island en 1964. Le premier eut lieu le 29 novembre 2003 au Green Point Stadium Cap, en Afrique du Sud, et avait pour but de récolter des fonds pour que la fondation puisse faire de la prévention et lutter contre l’augmentation du nombre de personnes séropositives au VIH en Afrique-du-Sud.

Une trentaine d’artistes ont participé à ce concert.  Parmi eux, Beyonce Knowles, Bob Geldof, Baaba Maal, Youssou N’Dour, Yusuf Islam (anciennement connu sous le pseudonyme de Cat Stevens), Peter Gabriel, Angélique Kidjo, Bono et The Edge du groupe U2, Yvonne Chaka Chaka, Johnny Clegg, Jimmy Cliff, Ladysmith Black Mambazo, Zucchero, Soweto Gospel Choir.

À la suite de ce concert, trois CD live et un DVD intitulés 46664: The Event  ont été commercialisés. D’autres ont suivi, à George, en Afrique du Sud (19 mars 2005), Madrid, en Espagne – le premier en Europe (du 29 avril au 1er mai 2005), Tromsø, en Norvège (11 juin 2005), Johannesbourg (à l’occasion de la Journée mondiale contre le Sida, le 1-er décembre 2007), Hyde Park -Londres (le 27 juin 2008 à l’occasion des 90 ans de Nelson Mandela qui prononça à cette occasion un discours).

La musique, arme de soutien et de campagne

En 2009, les Nations unies consacrent, le 18 juillet, date anniversaire de la naissance de Mandela, comme le Nelson Mandela Day. A cette occasion, une soirée est organisée à New-York où Alicia Keys, Cyndi Lauper, Josh Groban, Angélique Kidjo, Queen Latifah, Wyclef Jean, Stevie Wonder et Carla Bruni ont chanté en hommage à Madiba. Les bénéfices du concert ont été reversés à l’association 46664.

Au plan discographique, de nombreux artistes, du monde entier, ont évoqué Nelson Mandela ou lui ont rendu hommage dans des chansons plus ou moins connues du grand public. Dès 1983, le groupe The Specials chante Free Nelson Mandela, tandis que Stevie Wonder lui dédie en 1985 la chanson I Just Called To Say I Love You. Le titre est interdit à la radio en Afrique du Sud.

En 1985, le Sénégalais Youssou Ndour sort son album Nelson Mandela,  sur lequel il chante un morceau du même nom. La même année, Bernard Lavilliers fait référence à Nelson Mandela dans le morceau Noir et Blanc de l’album « Voleur de feu ». Un an plus tard, le Sud-Africain Johnny Clegg lui dédie sa chanson « Asimbonanga » (Nous ne l’avons pas vu), et, sur son album « Third World Child », son compatriote, le jazzman Hugh Masekela, en exil au Royaume-Uni, chante « Bring Him Back Home (Nelson Mandela) ».

En 1988, le concert-hommage des 70 ans de Nelson Mandela avec Dire Straits aux côtés d’Eric Clapton à Wembley Stadium est une date majeure de la lutte anti-apartheid, où de nombreux musiciens soutiennent Mandela : Jerry Dammers des Specials est l’un des organisateurs…

Black President

Pour le concert, les Simple Minds enregistrent la chanson « Mandela Day », qui figure sur leur album « Street Fighting Years ». En 1989, Carlos Santana crée le morceau instrumental « Mandela », Tracy Chapman joue « Freedom Now » dédié à Mandela et qui est sur son album « Crossroads » (1989). Whitney Houston joue et lui dédie la chanson gospel « He I Believe ».

Le groupe de reggae Steel Pulse rend hommage à Mandela dans l’album « Victims ». Avec le titre « Black President » (1989), Brenda Fassie obtient un immense succès en Afrique du Sud, malgré son interdiction.

Le Français Michel Fugain évoque la captivité de Nelson Mandela dans sa chanson « La liberté demandez-la » (1989), Jean Ferrat y fait référence dans la chanson « Mon amour sauvage » (1991).  Juan Luis Guerra aussi, en 1991, dans sa chanson « Carta de amor (Libérez Mandela) ». Dieudonne Larose & le Groupe Missile 727 sort en 1992 l’album « Rassemble » sur lequel se trouve la chanson « Mandela ». Salif Keïta enregistre le titre « Mandela » que l’on trouve sur l’album son album Folon (1995).

Dans son titre « Mandela » du disque « Cri maronner » (2001), le groupe de maloya, Kiltir, lui rend hommage ; Danyèl Waro enregistre la chanson « Mandela » pour son album « Bwarouz » (2002), rééditant le même titre avec la participation du rappeur Sud-Africain Tumi dans son album « Aou Amwin » (2010).

Le groupe Queen + Paul Rodgers a composé Say It’s Not True, en 2007, au profit de la fondation 46664 contre le SIDA. En février 2008, Céline Dion dédie une série de concerts en Afrique du Sud, lors de sa tournée mondiale « Taking chances », dont les fonds sont directement reversés à l’organisme de Nelson Mandela.

Le rappeur français Booba cite Madiba dans sa chanson « 0.9 », en 2008 : « Nelson mon codétenu m’a aidé à tenir bon mais je n’ai ni son calme ni sa sagesse ». Ses compatriotes La Fouine et Soprano en font de même, respectivement dans « Afrika » (2009) et « Hiro » (2010). Nelson Mandela est aussi cité dans la chanson « Soulman » de Ben l’Oncle Soul.

Sur l’album « Président d’Afrique » (2010), Didier Awadi, icône du rap au Sénégal, lui dédie le titre « Amandla » sur lequel ont entend Nelson Mandela réaffirmer son infaillible détermination à œuvrer pour la construction d’une société démocratique.

En 2014, le Français Francis Cabrel lui rend hommage sur le titre « Mandela, pendant ce temps » (album In Extremis).

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 5 décembre 2015

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s