« Paa Bi, la cour de Joe Ouakam » : à la rencontre d’un artiste singulier

Publié le Mis à jour le

La Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’Art), chez l’artiste Issa Samb alias Joe Ouakam, c’est une invite à la rencontre entre un artiste fascinant et singulier et une communauté artistique dakaroise à la fois séduite et en admiration.

12243146_1485171715123491_7077938342983122978_n

Le vendredi 14 mai 2010, lors du vernissage de l’exposition Paa Bi, la cour de Joe Ouakam, les visiteurs ont (re)découvert ce qu’il est convenu d’appeler « la plus grande installation d’art contemporain » à Dakar. Le domicile de Joe Ouakam, en plein cœur de la capitale sénégalaise, est un endroit où l’insolite et l’artistique se mêlent au mystique et au réel.

A l’invitation de l’auteur-compositeur Wasis Diop, artistes, écrivains, hommes politiques –dont le maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall, amateurs d’art, collectionneurs, galeristes se sont pressés 17 rue Jules Ferry pour ne pas se faire raconter ce qui, à n’en pas douter, constitue, au milieu des dizaines d’expositions ‘’Off’’, l’événement-phare du Dak’Art 2010.

Tout le monde culturel dakarois, ou presque, connaît Joe Ouakam. Mais paradoxalement, c’est pour mieux saisir sa personnalité qu’il y avait foule chez lui. L’homme est tout à la fois connu et mystérieux. L’idée de Wasis Diop, soutenue par la ville de Dakar et des acteurs culturels, était la bienvenue.

Chez Joe, artiste fascinant, le moindre élément a son importance. Au sol, sur des tables, accrochés à des fils ou à des branches, les morceaux de bois, feuilles d’arbres, chaussures désaffectées, enveloppes, cartons d’invitation, coupures de journaux, bouts de conférence, affiches publicitaires forment un tout conscient.

Dans cette galerie à ciel ouvert, on retrouve la personnalité du maître des lieux, personnage tout en couleurs, apparemment détaché de la réalité qui l’entoure, mais si profondément ancré dans ce qui fait l’âme de sa société. Il y est si attaché que « presque rien ne lui échappe. Joe c’est notre mémoire », résume un fonctionnaire du ministère de la Culture.

Ce qui résume aussi Joe Ouakam, c’est le film que Wasis Diop lui a consacré. Le musicien l’a suivi dans les rues de Dakar, fixant sa camera sur les pieds de Joe Ouakam. Parce que celui-ci marche beaucoup, sillonne tout le temps les rues et ruelles de la capitale. C’est cette énergie que saisit Wasis Diop. Au fil de ce film d’une trentaine de minutes, le public découvre quelqu’un d’extrêmement grave et alerte, qui n’oublie jamais rien. Dans son milieu, il vit aussi bien avec les morts qu’avec les vivants. Il y évolue dans un étonnant renoncement.

Pièce essentielle de l’exposition, le film rend également compte d’une personnalité projetée dans le futur. Sa voix d’une résonnance exceptionnelle a dû marquer le musicien qu’est Wasis Diop. Joe Ouakam parle wolof, français, passe de l’un à l’autre sans perdre le fil de sa pensée, donnant l’impression à son interlocuteur qu’il entend la même langue.

Il ne parle pas beaucoup mais quand il le fait, il dit des choses essentielles, qui interpellent la conscience des Hommes. « Est-ce que c’est normal que le monde soit dans cet état ? En vérité, répond-t-il, le monde a des problèmes spirituels ; on n’a jamais eu des problèmes économiques. »

Puis, sur un ton presque agacé, il lâche : « Est-ce que, politiquement, la Casamance doit être dans cette situation depuis des années ? ». Et à propos du naufrage du bateau Le Joola – 1863 morts – Joe Ouakam n’accepte pas la comparaison avec le Titanic : « On me parle du Titanic, alors que moi je me soucie de ces enfants-là (disparus avec Le Joola) qui m’appellent. »

C’est ça Joe Ouakam ! Apparemment détaché et éloigné des réalités de vie quotidienne, il reste profondément préoccupé par la marche du monde.

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 17 mai 2010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s