‘’Sociobiz 2’’ : Nafissatou Dia Diouf et sa critique amoureuse de la société sénégalaise

Publié le Mis à jour le

Trois ans après la parution d’un premier tome de ‘’Sociobiz’’ (TML Editions, avril 2010), Nafissatou Dia Diouf poursuit, chez le même éditeur, sa critique sans concession de ce qu’il est convenu d’appeler les ‘’sénégalaiseries’’, espérant en filigrane des changements qualitatifs au profit de tous et de toutes.

Sociobiz

Sans jamais laisser penser ou suggérer que l’homo senegalensis refuserait le développement – sentence chère à des afropessimistes tenaces -, l’auteur n’en dresse pas moins un tableau de nombreux obstacles, entretenus parfois, qui ne favorisent pas des progrès substantiels dans la quête d’un bonheur pourtant de plus en plus virtuel.

Avec une bonne dose d’humour, Nafissatou Dia Diouf allie – ou  confronte, c’est selon –, deux postures : son expérience de cadre supérieur d’une entreprise florissante et l’audace créatrice d’un écrivain à l’aise dans différents genres littéraires. Cela donne un regard et des textes dont le propos écœure par moments. Mais un recul honnête et lucide devrait pousser à faire réfléchir tant les états de service mis sur le compte de l’homo senegalensis sont graves, au sens premier de cet épithète.

Dans le premier tome de son recueil, elle offrait à ses lecteurs des chroniques – qu’elle publie régulièrement dans le magazine Réussir« impertinentes sur l’économie et l’entreprise ». Là, elle pousse le bouchon plus loin, proposant des « chroniques encore plus irrévérencieuses », très justement illustrées par le dessinateur Samba Ndar Cissé.

C’est que, en réalité, Nafissatou Dia Diouf, fait sien l’adage suivant : « Qui aime bien châtie bien ». On ne peut voir dans ses lignes que l’amour viscéral qu’elle a pour sa société qu’elle veut voir emprunter les sentiers d’un progrès harmonieux, respectueux des valeurs essentielles qui font son existence.

Le portrait que dresse Nafissatou Dia Diouf de l’homo senegalensis et de l’environnement dans lequel il évolue est presque parfait. Tout ou presque est analysé sous la plume désabusée et lucide de l’écrivain : le rapport au temps, au bien public, à la politique, à l’argent, à l’idée du bonheur, aux codes et textes que le pays s’est laborieusement donnés.

Elle interroge, dans « On ne lâche rien, le féminisme, dont elle dit qu’il « n’est pas une coquetterie de femmes lettrées, oublieuses des traditions, mais un mouvement qui porte un idéal de progrès pour la société et ses membres les plus vulnérables ».

A Dakar, « brave capitale » de ce « Cher-Pays » qu’est le Sénégal, la voie publique est, relève Nafissatou Dia Diouf, « le théâtre d’un ballet bien particulier : celui de milliers de guimbardes d’un autre âge, qui ont fait deux fois le tour du monde avant d’être recyclées pour une énième vie… »

Dans cette « joyeuse pagaille », titre de la chronique, l’auteur reprend à son compte le constat d’un observateur de ce « bazar humain » dans lequel « le car rapide a toujours la priorité », où les panneaux Stop et Cédez le passage n’ont de sens que si vous avez un petit véhicule.

Sociobiz 2, un ensemble de trente-et-une chroniques, c’est aussi un peu de fiction. Nafissatou Dia Diouf tente le coup en « réveillant » le penseur Kocc Barma de son repos éternel pour le plonger « une petite semaine dans notre espace-temps ».

« Il est fort à parier qu’avant la fin de la semaine, le sage du Kayor n’aurait qu’une envie, c’est de rejoindre à nouveau le monde des ancêtres en traitant ses arrières-arrières-arrières petits-enfants, dans un mélange de dépit et de pitié… de fous furieux ». Parce qu’il aura constaté, par exemple, qu’on présente des condoléances par SMS, que les griots et les autres crieurs publics des temps modernes se nomment Internet.

L’écrivain interroge, en reprenant l’adaptation, par le Mahatma Gandhi, des sept péchés capitaux par la Bible et sous d’autres formes par l’ensemble des grandes religions, les relations entre ses compatriotes et les acteurs du monde politique. Nafissatou Dia Diouf met en garde contre « la politique sans principe », prône « la mise en application d’un état d’esprit reposant sur la fidélité et la transparence », entre autres.

Mais la démarche d’introspection et d’autocritique serait (incomplète) si l’auteur ne se projetait à partir des faits, comportements et attitudes qu’elle décrit et dénonce, en suggérant, entre les lignes, des pistes et propositions pour contribuer à changer l’homo senegalensis et, par ricochet, la société dans son ensemble. Entreprise difficile s’il en est.

Au-delà des portraits et de la dénonciation des mauvais comportements de ses concitoyens, le propos de Nafissatou Dia Diouf a quelque chose de beaucoup plus important. C’est un regard sévère certes mais d’une lucidité presque salvatrice qu’elle pose sur une société qui, pour qu’elle fasse des bonds en avants, devrait se regarder dans le miroir et se débarrasser avec courage de cette tendance à se mépriser.

C’est à ce prix peut-être que, en 2060, comme le souhaite l’auteur, « nous aurons somme toute inventé notre propre modèle de développement. Basé sur nos valeurs et avec pour socle notre Histoire, nos civilisations riches et diverses. Mais aussi nos errements et nos insuccès dont on aura définitivement tiré leçon ».

« Enfin réconciliés avec nous-mêmes, nous aurons gommé définitivement les stigmates de la colonisation et parlerons à l’ex-puissance coloniale comme un pair ». Dans cette chronique, Nafissatou Dia Diouf avoue sa naïveté.

C’est tout le mal qu’elle souhaite à ce « Cher-Pays » et… aux Sénégalais. A ces derniers, elle soumet « un très grand travail de remise en cause » à travers « Treize résolutions pour l’année 2013 ». En voici quelques-unes : « Ne plus vivre au-dessus de nos moyens » ; « on milite pour l’égalité des chances » ; « la ville n’est pas une poubelle » ; « l’entreprise n’appartient pas à mon père ».

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 26 mai 2013

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s