Introduction dans l’univers de création du plasticien Zulu Mbaye

Publié le Mis à jour le

Sous le regard intéressé d’amis et d’amateurs curieux venus à sa rencontre à l’Espace Timtimol, l’artiste plasticien sénégalais Zulu Mbaye s’est livré samedi 27 juin 2009, pendant plus d’une heure, à une performance, un moment de rencontre qui a surtout renseigné sur « l’aventure » de la création d’une œuvre.

Zulu

Au tout début du travail, Mbaye rapproche un à un les divers éléments : pots de peinture, pinceaux, seaux, entre autres, sont placés à côté de la toile déjà prête. Le but est clairement affiché : « montrer comment se crée une œuvre. Je ne vais pas forcément terminer, mais vous comprendrez le processus qui aboutit aux œuvres que vous voyez dans les expositions. C’est pour montrer ce que nous faisons en secret dans nos ateliers. »

Accompagné par les souffles de la flûtiste, des notes de guitares et des battements mesurés de Djembé, il pose les premières couches. Puis, pour laisser sécher les couleurs, il s’arrête et introduire une petite réflexion sur le matériel. « J’ai observé que les visiteurs ne s’intéressent pas souvent au matériel utilisé pour faire les œuvres alors que c’est essentiel si nous voulons que les œuvres soient de qualité et défient le temps », dit-il avant de reprendre le pinceau.

Et, comme l’écrit le poète Thierno Seydou Sall, les amis qui se sont retrouvés samedi à l’Espace Timtimol ont vu « les pinceaux de Zulu prendre une pirogue/parcourir le ciel, se perdre dans les hiéroglyphes et revenir à la surface des eaux avec des toiles ayant une mémoire millénaire ».

Une à une, les pièces de la toile sont assemblées, les traits sont affinés. On sent, dans le regard de l’artiste tantôt debout tantôt assis, que « l’aventure » s’accompagne d’une profonde réflexion. Preuve que le peintre ne sait pas forcément au départ ce à quoi il veut aboutir. Dans cet exercice, Zulu Mbaye est dans la recherche. Pour cela, « je fais le vide dans la tête. C’est ce que je trouve dans l’instant qui me guide. Nous trouvons des informations qui viennent d’on ne sait où. Et c’est notre tout qui intervient et qui nous mène ».

« On a un vocabulaire, une palette qu’on maîtrise, poursuit-il. Mais le langage se construit avec nos sensations ». Ce qui change c’est l’espace et l’environnement auxquels on se soumet. C’est le même Zulu qui peint, mais un autre environnement et un autre public interviennent « peut-être ». L’élément nouveau qu’est la proximité n’est pourtant pas loin de l’ambiance de l’atelier où la solitude n’est qu’apparente.

« Je ne peux pas dire que le public ne m’influence pas dans ce que je fais. Le regard de l’autre pèse, mais il faut savoir s’en débarrasser pour retourner à soi », souligne Mbaye qui aime travailler avec « un groove d’élève ». Explication : « je peux avoir des tam-tams autour de moi. Inconsciemment, on s’apporte mutuellement des choses. On dirait que la présence des autres nous accompagne. On dirait qu’on fait une œuvre commune ». Cette musique, que joue son fils aîné, constitue, en quelque sorte, ‘’le prolongement’’ de son pinceau. Elle le met « en transe ».

ws_zulu_mbaye

Cette performance est en réalité un aspect de la réflexion sur l’orientation de son œuvre de création dont l’artiste dit qu’elle lui manque. « La réflexion sur les concepts et l’orientation de mon travail, me manque. Mon travail est le rendu de ce que moi, en tant qu’humain, j’ai comme perception d’une réalité intérieure, que je mets en parallèle avec une réalité du monde extérieur », définit le peintre.

Pour lui, « on est tous des êtres doubles mais l’artiste est celui qui a cette grâce divine d’avoir la possibilité d’extérioriser des envies, des doutes, des espoirs, des rêves… » « L’autre, dit-il, n’en est pas moins artiste, mais nous (les artistes) avons le plus de réussir à extérioriser ce que nous avons en nous. C’est ça la différence. »

Au Sénégal et à l’extérieur, Zulu Mbaye profite d’événements ponctuels pour partager, en plus du temps de création que constituent les performances, les bénéfices tirés de la vente des œuvres ainsi réalisées (contribution à la construction d’écoles, de forages, envoi de médicaments, etc.). L’artiste plasticien a passé ces cinq dernières années en Europe, entre Bruxelles et Berlin.

La performance vient s’ajouter, pour la compléter, à l’exposition de sa nouvelle collection inaugurée le 20 juin dernier et qui se poursuit jusqu’au 4 juillet prochain. Organisée dans le cadre de l’Espace Timtimol, lieu de rencontres, de détente et de promotion culturelle, où l’artiste plasticien était en résidence pendant trois mois, l’exposition marque le retour de Zulu Mbaye, produit des Ateliers libres de Pierre Lods, fondateur de l’Ecole de Dakar, qui parcourt le monde depuis 1976. La France, l’Italie, les Pays Bas, la Belgique, l’Allemagne et les Etats-Unis ont déjà accueilli ses expositions.

Zulu Mbaye est aussi considéré, ainsi que le mentionne la note qui le présente, comme le précurseur du ‘’Off’’ de la Biennale de Dakar pour avoir présenté en 1996, ‘’Amour interdit’’, une exposition qui avait marqué les esprits, à l’espace Nietti guy – « Les Trois Baobabs » aménagé aux Almadies.

La performance a donné la confirmation de la nouvelle démarche de l’artiste dans son écriture plastique. Aux tendances rouges et ocre de ses premières œuvres, il préfère aujourd’hui un fonds plus clair. Ce qui reste constant cependant c’est l’introspection à laquelle il se livre depuis ses débuts. Comme un fil rouge, elle fait la singularité de Mbaye.

Aboubacar Demba Cissokho

Dakar, le 28 juin 2009

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Introduction dans l’univers de création du plasticien Zulu Mbaye »

    sy a dit:
    9 juillet 2015 à 13 h 35 min

    La création de zulu mbaye, est un travaille basé sur des recherches approfondies et analysetiques.a chaque fois, quand il est devant une toile,il est en contact directe avec le public pour transmettre ce qu’il ressent au fond de lui.l’artiste pose le débat et cherche les réponses et c’est là ou son travaille est utile.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s